5 bonnes raisons de boire des vins jeunes

 

L’idée de boire des vins jeunes n’est pas nouvelle : elle nous vient des lyonnais qui depuis des lustres s’abreuvaient des vins du Beaujolais d’une vendange à l’autre. A l’origine la renommée du beaujolais ne dépassait guère Lyon mais en revanche les lyonnais pouvaient déjà se targuer de boire des vins jeunes.

Dans les années 50, Edouard Herriot, maire de Lyon et fervent porte-parole du beaujolais, eut l’idée géniale de lancer le concept du beaujolais nouveau et de faire d’une pierre deux coups : étendre le rayon de commercialisation du beaujolais et initier les consommateurs aux vins jeunes.

Le 3ème jeudi de novembre est devenu la fête du beaujolais nouveau dans le monde entier, mais il aura fallu attendre l’époque actuelle pour que les vins jeunes deviennent l’objet d’une demande sur toute l’année. Voyons les principales raisons de ce nouveau comportement du consommateur.

 

 

1°) Les vins jeunes sont à la mode

Une nouvelle clientèle est apparue sur le marché. Cette clientèle est attirée par le vin mais, pour de multiples raisons, souhaite tout simplement se faire plaisir en réunissant informellement quelques bons amis autour d’une bouteille. Ces nouveaux consommateurs ne veulent surtout pas jouer les connaisseurs et encore moins les œnologues. Un grand vin ne les intéresse pas : il est trop formel et cher. En revanche, ils recherchent des vins simples, gouleyants, expressifs…en un mot des vins jeunes et d’un prix abordable.

 

2°) Les vins jeunes sont vinifiés avec autant d’attention que les grands vins

Les vins jeunes sont des vins issus de cépages déterminés et ayant fait l’objet d’une vinification spécifique. En effet, autant le gamay fait merveille vinifié en jeune -le plus bel exemple est le beaujolais nouveau-, autant le pinot noir est un cépage exceptionnel pour l’élaboration de vins de garde, comme les bourgognes. Ce qui ne veut pas dire qu’il est impossible de produire des beaujolais acceptant de vieillir quelques années -les 10 crus du Beaujolais- et des vins jeunes à partir du pinot noir -Hautes Côtes de Nuits-. Tout est question de vinification, sachant que le soin apporté à la production est le même dans les deux cas.

Très schématiquement, une vinification en jeune sera plus courte qu’une vinification en vin de garde. En vinification courte, l’accent est mis sur le blocage des arômes et des tanins, ce qui conférera au vin un nez puissant et fruité ainsi qu’une certaine rusticité en bouche. En vinification longue on recherche l’équilibre entre arômes et tanin, éléments qui vont collaborer pour développer la structure aussi harmonieuse que complexe du vin vieux. Outillage ultramoderne et sens de l’écologie permettent de produire des vins de qualité renfermant de moins en moins de produits chimiques.

Remarque importante : c’est dans les vins rouges que le distinguo entre vins jeunes et vins vieux est le plus important. En effet, en l’état actuel des choses, les vins blancs et surtout les vins rosés sont dans l’ensemble des vins qui ne gagnent pas à vieillir sauf exception.

 

3°) Les vins jeunes sont profitables

Tout le monde est gagnant avec les vins jeunes. Le consommateur qui peut se faire plaisir ou faire plaisir pour une dizaine d’euros la bouteille. Mais surtout le producteur qui écoule son vin quelques semaines seulement après la récolte.  Il dispose ainsi rapidement d’une bonne trésorerie sans avoir eu de trop lourds frais de production et surtout sans avoir de stock à entretenir. Ces avantages lui permettent de vendre à un prix attractif.

 

4°) Les vins jeunes et le bio : un duo gagnant

Tout ce qui est bio actuellement est tendance ; le vin n’échappe pas à la règle même s’il en coûte un ou deux euros en plus la bouteille par rapport au non bio. C’est une aubaine pour les vignerons implantés dans les régions en recherche de notoriété. En effet, dans ces régions le principal argument de vente est la qualité, qualité obtenue par des rendements à l’hectare bien en dessous du maximum légal autorisé mais des prix de cession à la limite de la rentabilité. Chez ces vignerons l’arrivée du bio est saluée comme le Messie car elle confère une plus-value certaine à leur production sans gros efforts d’adaptation puisque déjà « dans le coup ».

 

5°) Les vins jeunes ne gênent pas les vins vieux

Ces deux typent de vins ne sont pas concurrents sur le marché ; bien au contraire, ils sont complémentaires et se renforcent mutuellement tout en conservant chacun leur clientèle. Avant la montée en puissance des vins jeunes, les fournisseurs traditionnels devaient faire de gros efforts sur le prix de certains de leurs vins vieux afin de conserver leur clientèle de base. Désormais ils disposent de vins jeunes à prix compétitifs pour cette clientèle et rationalisent leurs marchés de vins vieux pour lesquels il y a toujours une certaine demande. Les vins jeunes stabilisent les ventes de vins vieux.

En buvant jeune et raisonnablement, cela s’entend,  on démocratise la consommation de vins de qualité  en se faisant plaisir  et sans se ruiner.

 

Voir également 5 bonnes raisons d’acheter son vin à moins de 12 € publié le 15/01/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.