Catastrophes annoncées: restons calmes!

 

 

Pas de trêve pour la presse estivale qui continue à nous abreuver de nouvelles à sensation, rubrique catas, alors que nous préférerions tous déconnecter quelques jours de l’actualité morose du reste de l’année pour nous ébaudir quelque peu. Las ! Voici 2 exemples tout à fait récents concernant notre bien être.

Dioxyde de titane et amiante : même combat

Les lobbies pharmaceutiques feraient actuellement du forcing auprès des instances européennes officielles pour exempter le dioxyde de titane de toute toxicité. L’industrie pharmaceutique utilise en effet très largement ce produit notamment pour l’enrobage (gélules) de quelque 4000 médicaments.

Outre l’industrie pharmaceutique, l’oxyde de titane et largement utilisé comme pigment et comme opacifiant dans une foule de biens de consommation à commencer par la peinture où il jouit d’une solide notoriété. Mais il est aussi présent dans une foule d’autres produits tels que cosmétiques, crèmes solaires, dentifrices. On le trouve également dans certains produits alimentaires  comme la pâtisserie, les bonbons, le chewing gum . Il est d’ailleurs répertorié comme colorant alimentaire sous le code E171 mais n’est pas autorisé dans le bio ; serait-ce une prémonition?

Si les lobbies pharmaceutiques commencent à s’agiter sérieusement, c’est que des rumeurs selon lesquelles le dioxyde de titane serait entre autres cancérigène se font de plus en plus insistantes. Certains vont même jusqu’à déclarer qu’il serait aussi toxique que l’amiante. Si l’on admet cette comparaison, et si l’on va aussi vite pour traiter la question du dioxyde de titane que l’on a été pour traiter celle de l’amiante, qui aura demandé des décennies, nous avons encore le temps de nous immuniser en continuant à absorber un produit toxique sans nous en rendre compte. Relativisons !

———–

Pour plus d’informations et éventuellement signature d’une pétition <contact@citizaction.fr>.

 

Le réchauffement climatique met-il notre vie en jeu?

Les fortes chaleurs que nous connaissons entre autres en France en cette fin juillet et début août 2018 nous incitent à nous poser la question de savoir si le très contesté réchauffement climatique pourrait être responsable de cette situation.

Pour le Massachussetts Institute of Technology (MIT) la réponse est 100% affirmative. Il nous dit notamment que si rien n’est fait pour ralentir les émissions de gaz à effet de serre les pays du Golfe vont se trouver dans un état critique. Le Bangladesh, déjà très affecté par les dérèglements climatiques, pourrait connaître d’ci 2070 des inondations catastrophiques ainsi que des vagues de chaleur étouffantes. Cette chaleur humide ne serait tolérable qu’à condition de protéger le corps.

Le pire exemple concerne la Chine et plus précisément la plaine du nord du pays qui pourrait devenir la zone la plus caniculaire du monde d’ici 2070 Les 400 millions d’habitants qui y vivent actuellement ne pourraient plus y habiter. Des vagues de chaleur humide seraient d’une violence telle qu’elles tueraient des gens en bonne santé en 6 heures.

La France échapperait à un anéantissement à la chinoise mais devra faire une croix sur ses stations de sports d’hiver. Bien sûr, flore et faune seront modifiées mais le thermomètre ne saurait dépasser les 50 à 55° un jour ou deux en période de canicule.

Mais à propos quelle est la température maximale supportable par un homme en bonne santé ? Elle est comprise entre 75 et 80°, sans équipement spécial. Au-delà, elle est mortelle. Alors, qu’avons-nous à redouter les petits 40° que nous connaissons cette année ? Le mieux est de s’y habituer  et surtout de voir le bon côté des choses. Restons calmes, à l’image du pêcheur qui illustre cet article.

6 août 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.