Dématérialisation

Pour la plupart d’entre nous, la dématérialisation se traduit par la disparition progressive du courrier poste et son remplacement par le courrier électronique mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. En effet, pour les chercheurs, l’objet de la dématérialisation est l’utilisation de moins de matériaux.

 

Des matériaux aux informaticiens

Concernant les matériaux, la réduction de leur utilisation s’effectue dans 3 domaines : de la fabrication (moins de matières premières dans les machines), de l’énergie (contrôle de la consommation) et de l’élimination des déchets (respect de l’environnement).

Simultanément, des actions doivent être menées auprès des techniciens et par extension à tous les personnels des entreprises. Il convient de leur inculquer que progressivement les biens matériels sont remplacés par des substituts immatériels, qu’il leur faut réduire l’utilisation de systèmes matériels, par exemple prendre sa voiture pour effectuer un travail qui peut être traité à distance par l’informatique.

 

Des conséquences discutables

Il est indéniable qu’en dématérialisant au moins tout ce qui était sur papier les entreprises sont beaucoup plus ordonnées : on y voit plus clair dans tous les sens du terme. La vitesse d’exécution des tâches est accrue. L’efficacité est améliorée. La conservation des données est fiable et durable. Tout ceci est positif.

En revanche, cette évolution ne fait pas toujours le bonheur des salariés de l’entreprise : en règle générale il en faut moins de non qualifiés mais plus de spécialisés.

L’américain Pascal Robert s’est livré à une longue et virulente critique de la dématérialisation en démontrant que la dématérialisation c’est avant tout la création d’un vide qui permet de faire tout et n’importe quoi, en particulier de lancer de nouvelles idéologies tant sociales que politiques.

 

Vers un monde virtuel généralisé pour tous ?

La dématérialisation s’impose petit à petit insidieusement dans nos foyers dans le sillage ouvert par le courrier électronique. Exemple récent : suppression de la déclaration de revenus en version papier. On manipule de moins en moins d’argent papier : les opérations se font de plus en plus par internet et les paiements sans contact se généralisent.

A contrario, la dématérialisation permet d’accéder instantanément depuis son ordinateur ou son téléphone portable à une foule d’informations, se services, de loisirs et autres ; elle met le monde à votre disposition.

Va-t-on vers un monde virtuel généralisé pour tous ? Heureusement qu’il nous reste un peu de bon sens pour faire la part des choses. Par exemple, les e-books c’est pratique, mais cela ne remplacera jamais pour l’amateur de lecture la matérialité d’un beau livre dont on peut toucher le grain du papier, sentir son odeur et celle de l’encre….

La bonne formule consisterait à se fixer une barrière entre le virtuel et le réel, puis savoir où, quand et comment placer cette barrière entre les deux. Mais c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire surtout chez les jeunes qui s’accommodent très bien du virtuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.