Economie circulaire

 

L’économie circulaire est à la mode et c’est une très bonne chose. En effet, l’économie circulaire a pour objectif de produire en limitant autant que possible les matières premières et l’énergie et visant le « zéro déchets ». Voyons un peu comment se présentent les choses industriellement en amont et comment nous autres consommateurs, en fin de circuit, pouvons être sensibilisés et apporter notre pierre à la construction de l’édifice.

 

Les 7 principes clés de l’économie circulaire

Il existe en France un Institut de l’Economie Circulaire crée en 2013 et qui est fort aujourd’hui de quelque 200 membres confrontés au traitement des 345.000 tonnes de déchets que nous produisons annuellement ici en France.

Le plan préconisé pour venir à bout de ces déchets s’articule autour de 7 principes clés qui sont, dans le sens des aiguilles d’une montre :

* L’écoconception, pour minimiser les impacts environnementaux dès l’élaboration d’un produit

* L’écologie industrielle, pour optimiser l’usage des matières premières et de l’énergie

*Le réemploi, pour remettre dans le commerce des produits non écoulés

*La réparation, pour redonner vie aux matériels tombés en panne

* La réutilisation, au profit de composants qui peuvent encore servir

*Le recyclage, pour réutiliser les matières premières issues des déchets.

La tâche est rude mais motive de plus en plus auprès de toutes les instances et à tous les stades, y compris tout en bas de l’échelle au niveau de la consommation. C’est ainsi que l’on voit fleurir et prospérer une quantité de « startups » aux idées toutes plus originales les unes que les autres.

 

L’économie circulaire inspire nos « startuppers »

« En France, nous n’avons pas de pétrole mais nous avons des idées » : en voici quelques exemples d’autant plus louables qu’elles émanent de jeunes, garçons et filles, outrés par le gaspillage qu’ils constatent dans notre vie quotidienne et désireux d’y mettre fin tant dans l’intérêt général que dans le leur propre ce qui est tout à fait normal.

Intervenant donc au stade de la consommation, leur credo, qui doit être aussi le nôtre, est le suivant :

*Privilégier les achats en vrac

*Eviter de trop acheter ou d’acheter neuf (meubles, électroménager, vêtements…)

* Louer plutôt qu’acheter

*Trier ses déchets

*Utiliser le compostage pour les déchets alimentaires

* Réduire le nombre des courriers électroniques

*Cuisiner plutôt que de se faire livrer

*Remplacer les films alimentaires en plastique par un tissu enduit de cire d’abeille

*Se former en ligne grâce au site zerowastefrance.org

Concrètement, constatant que nous jetons bon an mal an 29 kg de nourriture par personne dont 7kg encore emballés, une centralienne de 27 ans a lancé en 2016 l’application « Too Good To Go » dont l’objectif est de mettre en rapport des clients potentiels avec des commerçants et des restaurateurs qui proposent leurs invendus à petit prix.

Un ESCP de 28 ans a créé l’entreprise NoFilter qui produit des jus de fruits à partir de fruits refusés par les distributeurs tandis qu’une autre entrepreneure a fondé Re-Belle qui prépare des confitures également avec des fruits rejetés.

Une ancienne étudiante en design graphique a lancé Pain Perdu une entreprise qui fait florès en transformant en farine réutilisable pour la pâtisserie du pain invendu qu’elle obtient gratuitement.

Hors secteur alimentation deux anciens Arts Déco ont créé Maximum, une marque de mobilier conçu à partir de déchets de l’industrie, d’Airbus pour citer une source d’approvisionnement.

Même le secteur de la mode donne des idées à nos startuppers. Par exemple, une diplômée de Paris Dauphine propose par le biais de sa société Adapta des cuirs rejetés par les grandes griffes et les propose aux créateurs à des prix accessibles.

Bref, tous ces exemples sont autant d’initiatives où tout le monde s’y retrouve financièrement et qui sont génératrices d’emplois tout en réduisant la masse des déchets. Les déchets seraient-ils l’avenir de entrepreneuriat, voire de l’industrie elle-même ? La question mérite d’être posée car tous les indices de réussite sont au vert. Avec le concours de nous autres consommateurs, bien entendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.