La 5G en question

La 4G n’ayant pourtant pas encore dit son dernier mot, il n’y en plus désormais que pour son successeur, la 5G. Les médias ne tarissent pas d’éloges sur le bond en avant qu’elle va nous faire faire même si nous en avons déjà un avant-goût avec les dernières versions 4,5 et 4,75g amplement adaptées aux besoins de la grande majorité des utilisateurs de « téléphones » portables. Voyons néanmoins ce qui nous attend avec cette merveille du siècle.

Qu’est-ce donc que la 5 G ?

Ce n’est ni plus ni moins que la suite du développement des 1G, 2G, 3G, et 4G. La technologie 5G utilise toujours les mêmes composants et les mêmes périphériques que la technologie 1G. La seule différence c’est que, suite à des recherches poussées, on parvient à ce qui parait être le maximum de ce que l’on peut obtenir en technologie G.
Le cerveau d’un ordinateur est le processeur. En deux mots, il traite toutes les informations entrantes ou sortantes de l‘ordinateur grâce à des transistors laissant passer oui (1) ou non (0) un courant électrique. Soit dit en passant, ces 2 chiffres, 1 et 0, sont à l’origine de tout ce que peut faire un ordinateur….

Les processeurs actuels comptent chacun plusieurs milliards de transistors. C’est énorme, et en faire tenir autant sur un support de quelques centimètres carrés n’a été possible que grâce à leur miniaturisation qui atteint 22 milliardièmes de mètre…A ce stade il semble difficile de faire encore plus petit, ce qui veut dire que los chercheurs doivent déjà songer au remplacement des transistors.
Ceci dit, les processeurs ne sont pas libres de travailler selon leur bon vouloir; une horloge leur impose une fréquence de fonctionnement. Cette fréquence s’exprime en Giga hertz (GHz) ; c’est le nombre d’opérations effectué en 1 seconde. Actuellement, les processeurs tournent autour de 3GHz, soit 3 milliards d’opérations / seconde.

Pour clore leur cycle très simplifié de fonctionnement, les processeurs doivent recevoir des instructions et envoyer des informations. Les envois de données se font sous forme de bits empruntant la fibre optique ou les ondes radio. L’unité de débit de données s’exprime en bits / seconde. Pour information, en France le débit moyen de données est de 8,9 Mb/s, ce qui représente 8,900.000 bits / seconde. Ce chiffre à première vue élevé n’est pas très flatteur pour la France qui se place au-delà de la 20ème place au monde dans ce domaine. La palme de la rapidité est détenue par la Corée du Sud avec un débit triple du nôtre.

Par rapport à la 4G les acheminements 5G par radio ne se feront plus sur une seule bande comme dans la 4G mais sur une bande élargie qui se subdivisera en plusieurs sous bandes -une demi-douzaine- chacune d’elles étant affectée à une mission bien définie. La sous bande d’ondes les plus longues reprendra en gros la bande actuelle de la 4G, mais sans risque de saturation, tandis que la dernière sous bande, qui utilisera des ondes ultra courtes sera affectée aux opérations exigeant une réaction immédiate comme le pilotage des véhicules autonomes. En d’autres termes la 5G maîtrise la latence. Les tarifs d’abonnement seront évidemment fonction du nombre et de la qualité des sous bandes commandées.
Comme on le voit, la 5G n’est pas une technologie révolutionnaire car elle n’utilise pas de nouveaux composants par rapport à la 4G. La grande différence par rapport à cette dernière est que ces composants sont poussés au maximum de leurs possibilités, tellement poussés que si jamais une 6G voit le jour, il faudra recourir à une technologie nouvelle. Tel est du moins l’avis du rédacteur du présent article.

Des applications à foison

Tout ce foisonnement tourne autour de 4 maîtres mots : débit, capacité, latence (temps de réaction aux ordres) et vitesse, cette dernière grâce aux ondes radio qui prennent le relais de la fibre optique. D’ores et déjà on prédit que l’impact social et économique de la 5G profitera à l’ensemble de l’économie et de la société. Il devrait générer des milliards de dollars de revenus dans les années à venir.
Dresser une liste exhaustive des applications est impossible tant elle serait longue et incomplète car en constante évolution. A défaut, voici dans quels secteurs la 5G peut intervenir dans notre vie quotidienne.

Téléphonie mobile : pourtant créée pour le téléphone mobile, c’est dans ce secteur que le progrès sera le moins spectaculaire. En effet, il est déjà rapide avec la 4G et que sa vitesse de réaction augmente de 10% ou plus ne changera pas grand-chose pour la grande majorité des utilisateurs.
Equipement de la maison : le concept de maison intelligente utilisera les réseaux 5G pour la connectivité des appareils et la surveillance des applications. Un simple exemple : les machines à laver iront jusqu’à pouvoir commander leur propre lessive et adoucisseur. C’est un énorme marché en perspective qui porte déjà un nom, l’internet des objets (IoT).

Jeux vidéo, téléchargements, réalité virtuelle : on s’achemine vers une très nette augmentation de la rapidité des réceptions et vers une qualité d’image exceptionnelle.
Santé : on peut s’attendre à une amélioration très nette de l’assistance médicale au sens le plus large du terme. La télé médecine sera monnaie courante et l’on songe même à la télé chirurgie.

Automobile : les voitures autonomes commencent à montrer le bout de leur nez. L’affaire est bien partie. A terme, les voitures pourront communiquer entre elles et avec les panneaux de signalisation intelligents. Ceci grâce à l’utilisation d’ondes ultra courtes car les décisions doivent être prises en une fraction de seconde.
Météo: la mise à jour instantanée est programmée.
Agriculture et industrie : les systèmes de contrôle (agriculture) et d’automatisation (industrie) se perfectionnent.
Etc….

Des craintes sanitaires fondées ?

Le gros reproche formulé à l’encontre de la 5G, c’est qu’elle nous inonde d’ondes (sans mauvais jeu de mots !) et semble faire fi de la fibre optique. Or, pour transmettre les ondes, on n’a encore rien trouvé de mieux que les antennes de taille respectable comme celles que l’on voit déjà un peu partout et qui ne seraient pas trop perturbantes pour les humains.

Avec l’arrivée de la 5G, les antennes actuelles continueront à être utilisées après modification mais grosso modo ne devraient pas être plus perturbantes qu’actuellement. Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’on devra faire appel aux ondes ultra courtes, par exemple pour la conduite des voitures autonomes. Car là, ce sont des ondes millimétriques qui s’imposent, donc des ondes de faible portée et émises à faible hauteur du sol. De plus, elles sont vite perturbées non seulement par un mur, mais aussi par la pluie et même…par les plantes !

Pour pallier cet inconvénient, la 5G va avoir recours à des mini antennes qui auront pour mission d’acheminer des paquets de données sur un chemin sans interférences. En d’autres termes, il faut s’attendre à voir une floraison de mini antennes un peu partout, proches du sol. Leur densité sera d’autant plus forte plus forte que l’on se trouvera dans des endroits fréquentés, donc principalement en ville.

De nombreuses études auraient établi un lien entre l’exposition à de faibles niveaux de rayonnement radioélectrique et une longue liste d’effets biologiques néfastes sur la peau (cancer), sur les yeux (cataracte), sur le cœur (arythmie), sur le système immunitaire (affaiblissement), résistance aux bactéries (diminution). L’impact sur les plantes serait également conséquent du fait des pluies irradiées.

Or les plantes et les animaux qui s’en nourrissent sont source d’alimentation pour les humains. Des recherches sont en cours pour savoir comment se protéger de ces nuisances mais pour l’instant les résultats sont maigres et tiennent en 3 mots : atténuer son exposition. Tout complément d’information sera le bienvenu.

En résumé, la 5G ? Oui, mais…

La 5G peut entraîner une nouvelle forme de vie sur la planète vu l’éventail de ses possibilités mais elle présente en revanche de réels dangers. On veut bien accepter le progrès mais sans la contrepartie toxique qu’il peut générer. A vouloir aller trop loin, ne risque-t-on pas un jour de regretter le bon vieux temps du portable 4G ?

Suivre par Email
Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.