L’autonomie

 

Que l’homme en ait conscience ou non, l’autonomie fait partie intégrante de sa vie, de sa naissance à son décès. Elle vit d’ailleurs comme lui, connait une phase ascendante de la prime enfance à l’âge adulte, s’épanouit durant la vie active mais hélas a tendance à décliner à mesure que l’âge avance. Ceci chez les individus normaux, car chez les handicapés l’altération de l’autonomie peut apparaître à tout moment à partir de la naissance. Partant de ce constat, on peut considérer que l’autonomie revêt un caractère social et un caractère médical.

 

Autonomie et indépendance

L’autonomie est la capacité à ne pas être dépendant d’autrui. Elle commence dès la petite enfance lorsque l’on est capable de faire ses premiers sans l’assistance d’une grande personne. Puis, à mesure que l’on grandit, à s’affranchir petit à petit de la tutelle des parents. Elle devient normalement totale à l’âge adulte où l’on est censé subvenir à ses propres besoins. L’autonomie se réfère à soi.

A noter que l’autonomie est souvent assimilée à l’indépendance ; or ce sont deux notions totalement différentes. L’indépendance est l’absence factuelle d’attache à autrui ou à une organisation et la volonté de n’être soumis à rien ni influencé par personne. L’indépendance se réfère aux autres.

Autrement dit, un individu indépendant est censé refuser toute dépendance envers son entourage et se donner les moyens de vivre sans attaches. Il est en outre autonome s’il sait comment orienter et gérer sa vie sans demander de conseils.

Mais ceci est la théorie car dans la vie courante il est impossible d’être autonome et/ou indépendant à 100% ; nous sommes toujours plus ou moins tributaires d’autrui, par forcément pour nous nuire car ce peut être aussi dans notre intérêt. L’être humain a toujours besoin d’autrui pour s’exprimer, se réaliser, se comparer, se comprendre, s’identifier.

Il ressort de ce qui précède que le sujet de l’autonomie peut être abordé du point de vue physique ou du point de vue philosophique. Nous ne retiendrons ici que l’autonomie physique.

 

Perte d’autonomie et dépendance

On ne prend vraiment conscience de ce que représente l’autonomie physique que lorsque l’on commence à la perdre. Il y a perte d’autonomie quand on n’est plus capable d’effectuer les actes de la vie quotidienne de manière autonome. C’est alors que la médecine entre en jeu.

Qu’il s’agisse d’une personne en situation de handicap ou d’une personne âgée, l’autonomie se définit en fonction de l’indépendance fonctionnelle. Il n’y a donc pas de véritable différence entre la perte d’autonomie et la dépendance qui désignent deux types de situations similaires.

En revanche, il existe de nombreux degrés de dépendance correspondant à un éventail de situations médicales observables, ce qui peut rendre un peu floue la frontière entre l’état de dépendance et l’état d’autonomie. Concrètement, on considère que ces degrés d’indépendance vont d’une perte d’autonomie partielle à une situation de dépendance totale.

 

Recours

Il existe heureusement des recours sinon pour anticiper du moins pour pallier les méfaits de la perte d’autonomie en dehors des soins purement médicaux. En voici deux importants : l’aménagement du mode de vie et l’assurance, en dehors des aides éventuelles de l’Etat comme l’APA (allocation personnalisée d’autonomie).

L’aménagement du mode de vie vise la stabilisation, voire l’augmentation de l’autonomie. Il comporte :

– le renforcement de la mémoire ;

– le renforcement musculaire, en exerçant une activité physique régulière et notamment au moins 30 minutes de marche trois jours par semaine ;

– le renforcement social, en montrant qu’on a toujours sa place dans la société ;

– le renforcement de la communication, pour entretenir le rapport avec les autres.

L’assurance : un grand nombre de compagnies d’assurance et de caisses de retraite proposent des contrats perte d’autonomie. Les frais liés à une perte d’autonomie pouvant être très élevés une assurance ad hoc sera la bienvenue.

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.