L‘épisode pluvieux que nous avons connu ces derniers jours n’a heureusement  pas causé de dégâts espace Méditerranée …

Les 13 et 14 février les départements des Pyrénées Orientales, de l’Aude et de l’Hérault ont vécu des journées exécrables avec vents violents et fortes pluies ou neige en altitude. Les Pyrénées Orientales, en particulier,avaient été placées en vigilance orange vent et inondation.

 

 

 

Si certains cours d’eau de la région ont effectivement débordé, la Têt, qui borde l’espace Méditerranée, est assez curieusement restée très sage comme en atteste la photo ci contre prise au plus fort de la montée des eaux. Elle s’est limitée à couvrir le socle du pilier de la flèche mais n’a pas atteint le niveau de la voie sur berge comme lors de précédents épisodes pluvieux. La raison en est vraisemblablement que les pluies ont été absorbées au fur et à mesure par le sol pour le plus grand bénéfice des nappes phréatiques particulièrement demanderesses.

La Têt en légère crue

 

Moins spectaculaire mais néanmoins très important pour l’espace Méditerranée, cette clémence de la Têt a été un soulagement pour les usagers de son parking privé souterrain. En effet, le sol de l’étage inférieur de ce parking se trouve en dessous du niveau de la rivière et comme l’ensemble  repose sur un substrat marécageux, en période de crue, de l’eau parvient par pression à s’infiltrer dans le parking. Simultanément par très grosses pluies le dispositif de drainage du parking, bien que parfaitement entretenu, ne parvient pas toujours à faire évacuer les eaux de pompage par les émissaires urbains. La pluie? Oui mais…