Suspense autour du devenir deux restaurants du centre ville en difficulté

En premier lieu, LE FRANCE installé dans la Loge de Mer, immeuble emblématique du 14ème siècle dont les murs sont la propriété de la municipalité.  Cet établissement est actuellement en liquidation judiciaire avec autorisation d’exploiter jusqu’à fin mars. Cela n’empêche pas le Maire, Jean Marc PUJOL, d’avoir pris les devants lors du conseil municipal du 9 février en sollicitant l’autorisation -obtenue- de faire une proposition pour le rachat de la propriété commerciale du restaurant.

 

 

Le Maire souhaiterait en effet y installer l’office de tourisme. Force est de reconnaître que cette idée est excellente tant l’adresse,en plein centre historique, et les locaux sont prestigieux.

Perpignan aurait enfin un office de tourisme digne de ce nom après avoir été installé au palais des congrès bien trop excentré pour ce genre d’activité, puis plus récemment au palmarium, un lieu plus central mais sans cachet.

Second établissement en difficulté: le CAFE DE LA PAIX place Arago. Dans son édition du 11 février, l’Indépendant titre que ce  restaurant qui appartient intégralement à la brasserie MILLES  est placé en redressement judiciaire. L’affaire tournait pourtant très bien, mais c’était sans compter avec une augmentation intempestive du loyer. Résultat: le restaurant ne fonctionne plus qu’au ralenti avec une équipe ramenée de 30 à 19 personnes et passablement démotivée.