Tourisme alternatif

Le tourisme « classique » est devenu un tourisme de masse dont on  commence à voir les limites. En effet, d’un côté les touristes se lassent de se trouver dans la cohue permanente et de l’autre les destinations « incontournables » sont proches du burn out du fait de l’invasion dont elles sont littéralement l’objet. Le tourisme alternatif prend le contre-pied du tourisme de masse.

 

Caractéristiques du tourisme alternatif

Le tourisme alternatif s’oppose donc au tourisme de masse. A  ce titre on peut dire qu’il se caractérise par son souci de limiter l’impact négatif du tourisme sur les régions visitées, l’environnement, les habitants et la culture. Il se veut également protecteur des composantes de la richesse de ces régions.

Proposant des voyages très ciblés, le tourisme alternatif s’adresse à des clients motivés. De plus, le nombre de participants par voyage est limité ce qui le rend moins impersonnel que le tourisme de masse.

 

Principaux types de tourisme alternatif

La liste ci-dessous est représentative du tourisme alternatif mais n’est pas exhaustive.

Tourisme durable : c’est la forme la plus courante, la plus générale, du tourisme alternatif. Elle prône la préservation et mise en valeur des ressources naturelles, culturelles et sociales de la région visitée.

Tourisme équitable : même principe que le commerce équitable, mais en réalité n’est ni plus ni moins que du tourisme durable. C’est d’ailleurs mieux ainsi car un tourisme 100% équitable peut induire des effets opposés à ceux escomptés.

Tourisme participatif : vise à établir des liens entre les touristes et la population d’accueil.

Tourisme responsable : variante des 3 tourismes précédents.

Tourisme solidaire : c’est un cocktail des 4 tourismes ci-dessus.

Ecotourisme : c’est le tourisme vert ; il met l’accent sur la protection de la nature, de la biodiversité et des écosystèmes.

Tourisme solidaire : c’est un tourisme responsable et équitable mais qui s’adresse à un groupe constitué. Les décisions sont prises de manière collective et les tâches réparties entre tous.

Tourisme humanitaire : il a pour but de transmettre son aide et son savoir à des populations dans le besoin. Ce type de tourisme exerce un fort attrait sur les jeunes désireux de « faire de l’humanitaire ». En dehors des associations sans but lucratif spécialisées dans ce domaine se sont développées une quantité de pseudo associations -en réalité des agences de voyages sans scrupules- qui vendent très cher des formules « tout compris » au terme desquelles les participants se retrouvent livrés à eux-mêmes.

Tourisme social : il a pour but de procurer loisirs et vacances à ceux qui n’en ont pas.

Tourisme rural ou agrotourisme : c’est une forme de tourisme qui séduit de plus en plus. Il s’adresse à des petits groupes d’amateurs avides de renouer avec les travailleurs de la terre et de mieux connaître leurs productions. L’oenotourisme en est un très bel exemple.

 

Le voyageur lassé du tourisme de masse trouvera dans le tourisme alternatif une formule correspondant à ses souhaits.

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.