Connaître son avenir

Si l’homme avait la possibilité de connaitre son avenir la société dans laquelle nous vivons serait bien différente. Mais cela impliquerait que l’avenir soit écrit à l’avance, ce qui n’est pas le cas. Faute de mieux, l’homme qui s’interroge sur son devenir a recours à l’art divinatoire qui a au moins le mérite de l’inciter à la réflexion, au développement personnel.

 

Galaxie de l’art divinatoire

Il n’existe pas apparemment de liste exhaustive des techniques utilisées dans l’art divinatoire. L’on peut seulement constater qu’elles sont fort nombreuses, qu’elles varient selon les pays et qu’il y en a toujours de nouvelles qui apparaissent sur le marché. Il y en aurait actuellement quelque 200 en France. C’est un véritable pan de notre économie exploité par une myriade de « voyants » tous plus éclairés les uns que les autres mais qui présentent un point commun : leurs prestations à étages qui ne sont jamais gratuites. Le marché des sciences occultes est un marché  des plus juteux.

Bien que disposant en France d’un grand choix de techniques, celles qui rencontrent le plus de succès se comptent sur les doigts de la main. Ce sont en particulier l’astrologie, l’oniromancie et le tarot divinatoire. L’astrologie, car elle est boostée par les horoscopes quotidiens de nos médias qui incitent à vouloir en savoir plus. En outre il s’agit d’une science occulte de réputation immémoriale. L’oniromancie, car il faut reconnaître qu’on se demande souvent le pourquoi du comment d’un rêve qui se manifeste avec insistance. Le tarot divinatoire, ou tarot de Marseille, est très populaire car il est très accessible et répond immédiatement aux questions qu’on lui pose. Il est même tellement populaire qu’il est largement présent sur l’internet. Les curieux seront étonnés par les résultats -gratuits, cela vaut la peine d’être souligné- donnés par le site https://www.tirage.net/

 

Fiabilité des résultats

Cette fiabilité est fonction de l’honnêteté et de la compétence des voyants. La qualité de voyant n’étant nullement encadrée officiellement et le marché étant tellement demandeur que l’art de la divination est pain béni pour les escrocs. Si les dégâts pour le consultant se limitent à une petite somme d’argent, cela sert de leçon. En revanche l’affaire peut prendre des proportions insoupçonnées, telles qu’un embrigadement dans une secte. S’assurer de la respectabilité du voyant est essentiel.

Quant à la compétence du voyant, ou plus précisément son intuition, il faut se mettre dans la tête qu’elle est grandement fonction de la coopération qu’il aura avec le consultant. Plus ce dernier se dévoilera, plus le voyant pourra faire une réponse adaptée à son interlocuteur. A noter toutefois que sur le plan déontologique les voyants gardent le silence lorsque ils pressentent un incident très grave de nature à décourager le consultant…et de le perdre comme client.

On atteindra une meilleure fiabilité lorsque la science pourra répondre aux questions que nous nous posons. On note déjà quelques balbutiements dans ce sens à propos de la signification des rêves. Grâce à des machines à décoder les rêves, le monde onirique n’est plus seulement le champ d’action des voyants et même des psychanalystes, il est devenu celui des scientifiques.

 

Conseils et suggestions

La majorité des personnes qui font appel aux sciences occultes s’attendent à ce que ces dernières leur apportent la solution à leur problème; c’est une question de temps, ça se fera tout seul. Mais ces personnes savent-elles précisément ce qu’elles veulent et ont elles essayé de trouver elles-mêmes au moins un embryon de réponse à leur questionnement ? Car, quelle que soit la réponse des sciences occultes, le résultat sera nul si cette réponse ne fait pas réfléchir sérieusement l’intéressé. N’oublions jamais que la vie que nous vivons est le résultat de nos pensées.

Quant aux voyants, il ne faut pas surestimer leur don car chacun de nous est capable d’en faire autant pourvu qu’on fasse travailler un peu les 90% des capacités de notre cerveau qui sont inutilisées. Ne pas surestimer leur don, car le consultant qui est interrogé par le voyant lui fournit à son insu l’ossature de la réponse qu’il va lui faire. Donc, ne pas trop en dire au voyant.

Mais il y a mieux, car nous sommes tous capables d’être nos propres voyants et sans bourse délier.   L’oniromancie en est un très bel exemple. Qui n’a jamais cherché à connaitre le message caché dans un rêve récurrent ?  Sans compter la foule de voyants ou prétendus tels spécialisés en la matière, il existe des tonnes d’ouvrages pseudo scientifiques sensés vous aider dans vos recherches. Alors que pour obtenir satisfaction il faut et il suffit qu’une fois éveillé et détendu, de s’immerger dans le rêve en question et de s’adresser directement aux personnages ou aux objets et de leur demander ce qu’ils font ici, quel et leur rôle. Et ils répondent tôt ou tard. Mieux encore : vous pouvez ensuite modifier ce rêve et l’utiliser pour résoudre des problèmes personnels, mais ceci déborde le cadre du présent article.

 

Une invitation à la réflexion

Il est dans la nature humaine d’éprouver parfois le besoin de faire appel à une aide extérieure pour trouver la solution à un problème.  Tout le monde n’a pas la force de se tirer seul du besoin. L’art divinatoire est la formule la plus utilisée pour y parvenir. C’est très bien si l’on s’en tient à son rôle de déclencheur d’un mécanisme de réflexion, mais la solution finale doit être le fruit du travail du consultant en lui et sur lui.

Cette réflexion induit un développement personnel. Elle donne une dimension nouvelle à notre comportement, à nos agissements. Elle nous permet de mieux intégrer le fait que la réalité est le résultat de nos pensées.  Mais aussi poussées que soient nos recherches nous ne connaîtrons jamais précisément notre avenir. Une seule chose est sûre dans la vie: c’est la mort, l’autre vie. Le reste n’est qu’un rêve.

Suivre par Email
Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.