Ecole: retour aux fondamentaux

Notre enseignement scolaire était devenu exécrable depuis quelques années, chaque ministre de l’Education Nationale voulant laisser une trace marquante de son passage au 110 rue de Grenelle à Paris. L’ancien système, par trop ringard, a été remis complètement à plat au profit d’innovations plus que discutables pour les élèves mais très juteuses pour les éditeurs de manuels scolaires. Il était grand temps qu’un nouveau ministre, Michel Blanquer, vienne remettre de l’ordre dans la maison.

 

Zombies

Au train auquel les choses ont évolué au cours de ces dernières années, nos pauvres chères têtes blondes conditionnées, malaxées, triturées dans tous les sens ont devenues des zombies. La lecture et le calcul ne s’apprennent plus. Au rebut l’histoire et la géographie ; d’ailleurs, quel intérêt pour la France d’avoir une histoire ? Et même, quel intérêt avons-nous d’être français ?
Avec l’écriture inclusive, on va encore plus loin : on culpabilise les enfants d’avoir un sexe. Il faut faire progresser l’égalité femmes hommes et retirer à l’écriture ordinaire son caractère sexiste et raciste. On supprime les majuscules ; apprenons à vivre en minuscules !

 

Vive l’école de nos pères

De fil en aiguille nous en sommes arrivés à une situation où le niveau d’éducation des jeunes sortant de l’école n’est même plus celui du certificat d’études d’il y a une cinquantaine d’années.
Face à cette situation alarmante, il n’y a qu’une seule solution possible : recourir aux fondamentaux qui ont fait leurs preuves pendant des décennies. C’est-à-dire apprendre à lire avec un abécédaire, apprendre à compter et à calculer sans calculette, apprendre la vraie histoire de la France…
C’est-à-dire aussi renouer avec les dictées de façon à savoir au moins rédiger un texte d’une vingtaine de lignes sans faire 5 fautes par ligne….
C’est le pari que s’est donné Michel Blanquer, pari qu’il semble vouloir gagner en dépit des rebuffades du mammouth.

 

Marseillaise

Cerise sur le gâteau : Monsieur Blanquer voudrait relancer le chant de la Marseillaise à l’école.
Voilà qui redonnerait le sens du patriotisme à nos jeunes tellement en manque de repères. Et les jeunes sont l’avenir de la France.

Suivre par Email
Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse Email ne sera jamais diffusée.